Biographie de Roger CRIVELLI

Roger Crivelli 
résistant du groupe Franc-Tireur de Roanne 
Compagnon de la Libération 
(1918-1943) 

 

Biographie de roger crivelliBiographie de Roger CRIVELLI par Claude LATTA

(Source : http://forezhistoire.free.fr/images/Latta-Claude-VDF-95-96-Compagnons-Liberation.pdf)

Précisions par rapport à cette biographie sur la partie concernant Victor Villemin ou Vuillemin

Il est écrit

Pendant que Roger Crivelli agonise, Victor Villemin réussit une extraordinaire évasion à travers les jardins. Blessé au pied alors qu’il est réfugié sur le toit d’un garage, il trouve asile chez des amis, rue Elisée-Reclus, puis se fait soigner à l’hôpital installé dans les locaux de l’Ecole Primaire Supérieure, rue de la Livatte. Un prêtre² lui prête finalement une soutane qui lui permet de rejoindre une ferme de l’Allier

2 Pour Jean Cabotse qui a recueilli le témoignage de Victor Villemin, il s’agit de l’abbé Migeat, curé de la chapelle de l’Arsenal. Selon Jean Nocher, dont la version nous paraît moins sûre, c’est l’abbé Martzen, prêtre luxembourgeois réfugié à Roanne et devenu vicaire de la paroisse Saint-Etienne.

 

Selon le rapport d'Elie Vieux, c'est l'infimière Melle de lyrot germaineMelle de lyrot germaine qui fournit le déguisement de prêtre.

Precision sur la fuite de vuillemin victor

Victor Villemin ou Vuillemin ?

En prenant comme référence le site de l'ordre de la libération et le site mémoire des hommes (Ministère de la Défense)

Il s'agit de Victor VUILLEMIN

    Victor vuillemin site du ministere de la defense memoire des hommes      

 

    Victor vuillemin -medaille de la resistance - site de l odre de la liberation

___________________________________________________________________

 

Pose d'une plaque commémorative le 18 Mars 1945

___________________________________________________________________

 

Relation de son exhumation, de sa ré-inhumation et de la remise de ses décorations à sa soeur

Les informations ci-après ont été découvertes sur les carnets d'Elie Vieux et transcrits en collaboration

avec Frédéric Biscarrat.

Chronologie des évènements :

Lundi 08/07/1946, 16h, cérémonie d'exhumation de Roger Crivelli ;

Mardi 09/07/1946, 6h, départ du corps de Roger Crivelli à Lavoncourt ;

Mardi 09/07/1946, 15h30, inhumation de Roger Crivelli à Lavoncourt ;

Dimanche 14/07/1946, 9h, lors d'une prise d'armes à Roanne, précédant le traditionnel défilé militaire, Jacqueline Crivelli est décorée, pour son frère , de la médaille de la Résistance et de la Croix de la Libération.


 

Detail journee du 8 juillet 1946 e vieux 1  
Carnet dimanche 7 juillet 1946   

Dimanche 7 juillet 1946

Jacqueline Crivelli arrive peu après moi ( à la sous-préfecture ) avec deux amis de son frère Roger, Mme et M. Vermorel, qui l'hébergeaient avant qu'il ne s'installe à Roanne où il devait trouver une mort glorieuse.

Ma petite Edith l'attendait et tout de suite elles ont faitbon ménage. Nous les avons installés :

Jacqueline dans une chambre adjacente, le ménage Vermorel dans la chambre Napoléon.

Nous bavardons et nous nous couchons très tard.

Lundi 8 Juillet 1946

Jacqueline Crivelli et Marinette arrivent ce matin avec ma petite Edith toute préparée ... un peu de désillusion à midi chez la sœur de Roger quand elle saura qu'elle ne peut revoir le corps de son frère qui a été mis dans un cercueil de zinc ... Elle est plus compréhensive l'après-midi où elle s'en va avec les amis de Roger, le ménage Vermorel choisir une couronne. J'en ai, pour ma part, commandé une en fleurs naturelles. Nous avons (?) passé au cimetière où l'exhumation a été faite ...

Paillard et Alice arrivent l'un après l'autre, mais à temps pour arriver à l'exhumation officielle.

Il y a là, Gallet, Tardy de Franc-Tireur qui a offert des fleurs piquées pour mettre sur le cercueil.

La cérémonie est simple. Tardy fait connaître avec véhémence,à l'issue de celle-ci, qu'ils ne viendrait pas demain au départ.

J'ai un coup de téléphone du Colonel d'Hurstel qui enverra un piquet d'honneur demain au départ de Roger Crivelli.

A la maison, le soir, nous serons huit à table. Jacqueline, Alice,

Mme Vermorel, Marinette, Fournier Paillard, M. Vermorel et moi. Jacqueline est triste, sans doute la décision de Franc-Tireur ... discussions, histoires de maquis ... cela nous mène à onze heures et les cinq chambres de la sous-préfecture sont occupées.

                                     Detail journee du 9 juillet 1946 e vieux 1

Mardi 9 juillet 1946

Tout est réveillé à quatre heures du matin.

Jacqueline Crivelli la première ... Je suis allé prévenir Girard et Mme Moneger. A six heures nous serons quinze au départ de Crivelli Roger, un héros.

Il y a Boissonnade, Girard,Vuillemin, Andréas, Dormallin (?), Paillard, Fournier, M. Vermorel, Jacqueline, Alice Arteil, Mme Vermorel, Bretin (?), Mme Clavière (?), Mme Moneger, Marinette et moi.

Un piquet d'honneur du 3e hussard rend les honneurs. Sonnerie aux morts par un clairon.

Garde à vous. Minute de silence et Roger Crivelli s'en va vers Lavoncourt. reposer près

des siens ... Ainsi s'en va l'un des plus fiers et héros de la Résistance française emmené par Fournier.

Jacqueline après nous avoir embrassés accompagne son frère, suivie des deux amis de Roger, Mme et M. Vermorel .

Echange d'impressions après le départ.

On juge sévèrement Franc-Tireur. J'emmène à Cremeaux et Saint-Just-en-Chevalet Paillard et Alice .... retour par St Alban où Marinette se sent fatiguée.

Agenda d elie vieux journee du 13 et 14 juillet

 

Samedi 13 juillet 1946

 

A notre retour, Jacqueline Crivelli est arrivée ... Lavoncourt, qu'ils ont atteint mardi à 11h45 s'était paré pour recevoir Roger Crivelli :

Une banderole "Honneur à notre héros", des drapeaux en deuil à toutes les fenêtres. Les funérailles eurent lieu à 15h30.

Tout Lavoncourt et les villages environnants suivaient.

Le cercueil disparaissait sous les fleurs, le secrétaire général de la Hte Saône était présent . Quatre discours ont successivement glorifié Roger Crivelli ....

sur sa tombe s'amoncelaient les fleurs qu'apportaient la population toute entière et les enfants des écoles.

 

Plus loin est écrit :

Le Colonel d'Hurstel, qui est venu ce soir, remettra demain  les décorations

comme il est convenu.

Dimanche 14 juillet 1946

 

A 9h, prise d'armes. Jacqueline est décorée pour son frère de la médaille de la Résistance et de la Croix de la Libération ( suivi du mot "rosette" ? ).

Il y a le Commandant Geynet qui reçoit la Légion d'honneur Marius Sève et Séchaud la Médaille de la Résistance

 

Nota :

a) dans le carnet d'Elie Vieux, la veille, il est question du Lt Colonel Geynet nommé au grade d'officier de la Légion d'Honneur...

b) pour ce qui est des récipiendaires de la Médaille de la Résistance cités, il s'agit de Marius Sève, né le 03/03/1902 à Lançon (Saône et Loire), médaillé de la Resistance par décret du 14/06/1946 et de Martial Sechaud, né le 21/11/1912 à Saint-Clément (Allier), également médaillé de la Résistance par décret du 24/04/1946 ; Cf. https://www.ordredelaliberation.fr/fr/medailles )

Un peu plus loin, toujours le dimanche 14 juillet 1946, est écrit :

Le soir nous emmenons Jacqueline Crivelli impressionnée par la cérémonie du matin jusqu'à Vichy ... affluence, concerts, manifestations ouvrières.

Nous sommes de retour un peu avant la nuit dans Roanne illuminée. La foule se porte vers le Bassin où doit avoir lieu le feu d'artifice, un peu maigre d'ailleurs.

La foule se porte ensuite vers le centre et les promenades où l'on danse.

Roanne a fêté dignement la République ... et il est heureux que cette place ait été

celle qui a présidé à la remise des décorations du héros Roger Crivelli.

 

___________________________________________________________________

 

Notes des transcripteurs concernant les patronymes cités dans les notes d'Elie Vieux :

Bretin, a priori Bretin Léon, membre du réseau Franc-Tireur

http://www.elievieux.fr/pages/resistants/liste-de-resistants-dans-le-roannais.html

Edith, fille d'Elie Vieux

Fournier, a priori Fournier André, membre du réseau Franc-Tireur

http://www.elievieux.fr/pages/resistants/liste-de-resistants-dans-le-roannais.html

Est-ce le même Fournier qui est cité comme président de la commission "Politique et épuration" du CLL peu avant la Libération ( http://forezhistoire.free.fr/resistance.html )

Gallet, a priori Gallet Marcel, ouvrier à l'Arsenal de Roanne, pilier de la cellule montée par le capitaine Bernheim à Roanne.

Se met à l'abri en Savoie le 04/06/1943

http://forezhistoire.free.fr/resistance.html

Girard, a priori Girard Philippe, membre du réseau Franc-Tireur

http://www.elievieux.fr/pages/resistants/liste-de-resistants-dans-le-roannais.html

d'Hurstel : il s 'agit en fait du lieutenant-colonel Hurstel ( sans particule) qui a commandé le 3e Hussard de 1946 à 1948.

https://fr.wikipedia.org/wiki/3e_r%C3%A9giment_de_hussards

Marinette, petit nom de l'épouse d'Elie Vieux, Marie Gougot

Mme Moneger fait partie du premier groupe de Résistance qui se constitue à Roanne, au Faubourg Mulsant,

Paillard, a priori Paillard René, président de la commission "Insurrection" du CLL peu avant la Libération

http://forezhistoire.free.fr/resistance.html

 

Nous ne sommes pas parvenu à identifier les noms suivants qui ont d'ailleurs peut être été mal transcrits :

Tardy (pourtant visiblement un responsable du réseau Franc-Tireur)

Boissonnade

Andréas

Dormallin (?)

Mme Clavière (?)